google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • vivre

    Selon les évangélistes, Jésus renvoyait les malades et les pécheurs en leur disant : « allez en paix4 ». Jésus leur souhaite ce qu'il y a de mieux : une bonne santé, une cohabitation heureuse en famille et au village, une vie comblée de bénédictions divines. Le terme hébreu Shalom (paix) signifie le bonheur le plus complet, tout le contraire d'une vie sans dignité, malheureuse, soumise à la maladie ou à la pauvreté. En suivant la tradition des grands prophètes, Jésus comprend le Royaume de Dieu comme un règne de la vie et de paix. Son Dieu est « l'ami de la vie5 ».

    Jésus n'a réalisé que quelques guérisons Dans les villages de Galilée et de Judée, il est resté bien des aveugles, des lépreux,…….(Pagola dans « Jésus approche historique »P.113)

     

     

                       Il ne leur demandait pas de le suivre !!

                       Il leur demandait de bien vivre !!!

    Alors, quand nous agissons, quelle est notre mission ici ?             Aujourd’hui?

  • vivre

    Jésus n’a pas connu les deux périodes de famine qui frappèrent  la Palestine, l’une sous Hérode le Grand et l’autre plusieurs années après sa mort. La vie itinérante de Jésus et de son groupe était tout particulièrement difficile. Les sources rapportent qu’un jour les disciples , pressés par la faim, détachèrent des épis pour en manger les grains (Mt.12,1-8)

    (Pagola dans « Jésus approche historique »P.58)

     

      Jésus n’a pas formé ses disciples en chambre !!!!

      Il les a fait vivre à sa manière !!

      Aujourd’hui, comment former les nouveaux chrétiens ?

      Chrétiens, dans nos groupes, est-ce que nous nous aidons à comprendre ou àvivre ?

  • semeur

    L'un des traits les plus caractéristiques des sociétés agricoles de l'Empire romain était l'énorme inégalité des ressources qui existait entre la plus grande partie des populations paysannes et la petite oligarchie qui résidait dans les villes. C'était le cas en Galilée.

     La question, pour les paysans, était de conserver assez de grain pour ensemencer en vue de la prochaine récolte, et de subsister entre-temps, sans tomber dans la spirale de l'endettement. Jésus connaissait bien le malheur des paysans qui, pour tenter de tirer le meilleur rendement possible de leurs modestes propriétés, semaient même sur des sols pierreux, au milieu des chardons et jusque sur des parties qui étaient utilisées comme chemins2.

    Le spectre de la dette hantait tout le monde. Les membres de la famille s'entraidaient pour éviter les pressions et les chantages des collecteurs mais, tôt ou tard, ils sombraient dans l'endettement. Jésus a connu une Galilée prise au piège des dettes. Pour la plupart des gens, le grand danger, c'était de se voir privé des terres, sans ressources pour survivre. Lorsqu'une famille était frappée, ses membres se dispersaient, et commençait alors une vie misérable, à la recherche d'un travail dans la propriété des autres. Certains se vendaient comme esclaves. D'autres vivaient de la mendicité et, parfois, de la prostitution. Il n'était pas rare que des individus s'unissent à des bandes de malfaiteurs ou de bandits de grands chemins, dans les zones les plus sauvages du pays3.

    (Pagola dans « Jésus approche historique »P.38-41)

     

               

    Relis la parabole du semeur (Mc.4,3-8) :le semeur est sorti pour semer….

                Jésus compare la Parole de Dieu aux paysans de son pays !!

    Compare les travailleurs actuels à la Parole de Dieu !