google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roger reflexions

  • faire

    « Si cet homme n’était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. » jean 9,33

     « Puisque l'argent manque, on entend alors, le cri des enfants retirés de l'école ou le cri des hommes obligé de vendre leur force de travail en ville, ou le cri des femmes quand l'argent pour les soins manque, ou quand il n'y a plus de nourriture pour les petits. Il y a aussi la nature qui souffre quand les hommes la maltraitent, qu'ils épuisent les ressources. En adoptant le Tara Bandu, un contrat social traditionnel pour trouver un équilibre entre la tradition et le cadre juridique moderne, Kdadalak Sulimutuk Institute (KSI), a compris qu'il fallait trouver un nouvel équilibre entre les Hommes, les Animaux et la Nature. » KSI, partenaire du CCFD-Terre Solidaire au Timor Leste.

    « Un jour d'automne 1999, on nous propose de démarrer un projet de suivi parascolaire avec les gamins roms de notre rue. Un groupe de danses et chants s'est imposé rapidement comme une évidence. Après une dizaine d'années passées à jouer, chanter, danser, tout en incitant aux études, nous sommes revenus à notre premier objectif : l'école. En 2011, nous avons ouvert un lycée et un collège tsigane, pour faciliter l'accès aux études supérieures aux nombreux jeunes roms des camps bidonvilles de notre région. En juin 2016, seize premiers bacheliers sont sortis de notre établissement. L'utopie de départ est devenue réalité, le groupe de danse continue ses activités, les tournées et spectacles sont toujours à l'ordre du jour, mais la fée tsigane est entrée à l'université. » Ivan Akimov, directeur de la troupe Kesaj Tchave, partenaire du CCFD-Terre Solidaire en Slovaquie.

     

    Admirons ce que Dieu donne  de faire  à Jésus Christ, hier comme aujourd’hui !

    Et toi qu’est-ce que tu vois que Dieu donne de faire à certains (personnes ou groupes) ?

  • religion

    « J’ai soif » dit jésus à la samaritaine au lieu de lui parler d’abord religion (Jean 4,5)

    James Gregory, qui fut pendant vingt-quatre ans son geôlier, évoque sa première entrevue avec Mandela: après quelques phrases, le célèbre prisonnier termine soudain son intervention en zoulou. James Gregory, cet Afrikaner blanc envoyé à Ruben Island pour «casser» le «nègre» Man­dela, répond spontanément, dans cette langue qu'il est censé bannir. Mandela savait qu'il avait passé toute son enfance en territoire zoulou et donc que cette langue « interdite » le toucherait. Mandela avait su trouver la faille, le point d'humanité de cet homme, par-delà les barrières qui les séparaient.

    Découvrir le « zoulou » de notre interlocuteur est un beau rendez-vous d'humanité. Je ne peux alors m'empêcher d'évoquer la manière dont Jésus approche les personnes qu'il rencontre au hasard de la vie !

    Regardez comment Jésus entame un dialogue inattendu avec une femme, une Samaritaine, une hérétique et sans doute une opposante au peuple juif. Il s'intéresse à elle au point de lui montrer qu'il a besoin d'elle : « Donne-moi à boire. » II la rejoint dans ce qu'elle sait faire et qui est son souci quotidien: puiser de l'eau, et non dans un argumentaire sur la vérité !.... Notre témoignage, notre proposition de la Bonne Nouvelle n'est possible que si (nous rejoignons les autres dans nos problèmes humains communs)

    (Guy Aurenche « justice sur la terre comme au ciel »P.128)

     

    Admirons Jésus si humain !

    Et Toi comment abordes-tu les autres ?  et ton Eglise ?

  • confort

    « de la nuée, une voix disait :« Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie :écoutez-le ! » (Mt.17,1…)

    « On voit mal les pays industrialisés renoncer au mode de consommation énergétique qui est le leur, condition pourtant indispensable au développement durable. Et il y a là quelque chose de particulièrement cynique, lorsque les droits humains fondamentaux sont empêchés sous des prétextes de confort. Cet égoïsme de masse n'est pas moins scandaleux que celui individuel, mais il est insensible à toute honte……

     

    Face à des institutions iniques, la personne abandonne la lutte pour la croire perdue d'avance. C'est oublier que la lutte et la victoire sur le péché, et particulièrement le péché structurel, ne sont pas le fait de l'homme seul. Elles appartiennent au Christ et l'homme ne fait jamais que participer à sa lutte et à sa victoire, sans être capable d'en percevoir ni tout le mouvement ni le plein achèvement. Là également cette perte de l'espérance théologale dévoile le péché structurel comme un véritable péché. »  (Nebel -péché structurel- P.520,528 )

     

    Admire les luttes du Christ qui l’ont conduit à être  condamné par beaucoup.

    Comment participes-tu aux luttes du christ? Avec qui ? Dans quel groupe ?