google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Roger reflexions

  • paix

    «(Jésus leur dit ) :  « La paix soit avec vous! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » (Jean 20,20)

    En 2008, on les imaginait balayés par une crise financière qu'ils ont largement contribué à amplifier. À tort : neuf ans après le krach, les « hedge funds » (Fonds spéculatifs) contrôlent près de 3 000 milliards d'euros d'actifs dans le monde et continuent d'afficher des performances mirobolantes. Ces fonds spéculatifs collectent l'argent de leurs clients (milliardaires, fonds de pension, banques d'investissement...) puis le placent sur les marchés pour le faire fructifier. Au passage, les gérants de « hedge funds » empochent de généreuses commissions (20 % des profits, en moyenne). Résultat, ces nababs du capitalisme casino se constituent des fortunes à faire pâlir d'envie un patron du CAC 40. À eux seuls, les 45 premiers gérants de fonds spéculatifs de la planète-américains pour la plupart - ont amassé 185 milliards d'euros ! Le plus riche est George Soros (23,3 milliards), devant James Simons (16,7 milliards d'euros). Brillant mathématicien, ce dernier est considéré comme l'un des pères des « hedge funds quantitatifs », dont les choix d'investissement sont dictés par des algorithmes. Aujourd'hui, les fonds « quantitatifs » brassent des fortunes, à tel point que certains réfléchissent désormais à laisser des robots gérer leurs « hedge funds » de A à Z...(H.D. 30/03/2017)

     

    Admirons celui qui est venu proposer la paix en luttant contre les puissances jusqu’à risquer sa vie !!

    Et, Toi, comment le suis-tu ?avec quelle groupe ?

  • ressuscite

    « Nul autre que Jean n'a mieux dit que la résurrection travaille déjà la vie humaine, comme la mort aussi la travaille. L'offre faite au croyant est d'ouvrir son existence, ici et maintenant, à une espérance qui s'inscrit au cœur de la réalité et ouvre une brèche jusque dans l'au-delà. Le chrétien inverse ainsi le sens de son scénario de vie: alors que la vie de son corps s'amenuise progressivement jusqu'à s'éteindre dans la mort, la vie reçue du Christ croît jusqu'à sa plénitude quand il se dressera devant son Dieu.

    A sa manière, Jean dirait: ressusciter n'est pas recevoir une autre vie, mais vivre autrement. «Comment croire que l'amour est plus fort que la mort s'il ne vous a pas (déjà) rendu vivant ? » (Louis Evely)   (Marguerat « résurrection » P.86)

     

    Réjouissons nous la vie ne s’arrête pas à la mort, Jésus est toujours  vivant d’une façon inimaginable !!! Il continue à détruire les barrières……

     

    Comment vas-tu vers la plénitude de la vie ? vers le rassemblement de tous les humains transfigurés?

  • innocent

    « Pilate, voyant que ses efforts ne servaient à rien, sinon à augmenter le tumulte, prit de l’eau et se lava les mains devant la foule en disant « je suis innocent de ce sang, » (Mt.27,24)

    « Je voudrais faire remarquer que souvent on n’a pas une conscience claire des problèmes qui affectent particulièrement les exclus. Ils sont la majeure partie de la planète, des milliers de millions de personnes. Aujourd’hui, ils sont présents dans les débats politiques et économiques internationaux, mais il semble souvent que leurs problèmes se posent comme un appendice, comme une question qui s’ajoute presque par obligation ou de manière marginale, quand on ne les considère pas comme un pur dommage collatéral. De fait, au moment de l’action concrète, ils sont relégués fréquemment à la dernière place. Cela est dû en partie au fait que beaucoup de professionnels, de leaders d’opinion, de moyens de communication et de centres de pouvoir sont situés loin d’eux, dans des zones urbaines isolées, sans contact direct avec les problèmes des exclus. Ceux-là vivent et réfléchissent à partir de la commodité d’un niveau de développement et à partir d’une qualité de vie qui ne sont pas à la portée de la majorité de la population mondiale. Ce manque de contact physique et de rencontre, parfois favorisé par la désintégration de nos villes, aide à tranquilliser la conscience et à occulter une partie de la réalité par des analyses biaisées. Ceci cohabite parfois avec un discours “ vert ”. Mais aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous empêcher de reconnaître qu’une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale, qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres. »( François, Pape laudato si N°49)

     

    admirons Jésus le vrai innocent qui risque tout .

    Pendant cette campagne électorale, aujourd’hui,  qui se lave les mains devant le sang qui coule?