google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • vous me verrez vivant

    Alors que le départ de leur maître les avait totalement désemparés, les disciples découvraient, à leur propre surprise, qu'aucune crainte, aucune peur, aucune contrainte, aucune puissance, ne pouvait les accabler, ni faire échec à leur vie et à leur espérance. Bref, tout se passait en réalité comme si, grâce à Jésus, par lui, avec lui et en lui — mais comment cela pouvait-il se faire, puisqu'ils ne s'y attendaient aucunement ? —, Dieu était en train d'agir parmi eux, pour eux, en eux : Dieu-même ! (J.Doré la grâce de vivre en chrétien P.80-83)

     

    Admire ce que Dieu a fait depuis le calvaire !

    En toi et pour toi que fait-il ?

    Parmi les chrétiens autour de toi, dans ton mouvement, que fait-il ?

  • le chemin

    le salut se présente d’abord comme la proposition d’un sens : sens de la vie, sens de l’existence, sens de l’histoire …..Là où beaucoup d’hommes cherchent à tâtons ce qui peut éclairer leur destin individuel ou collectif, là où d’autresdémissionnent, s’exaspèrent ou désespèrent — et je comprends bien pourquoi il peut parfois en aller ainsi ! –, la foi chrétienne apporte, elle, une lumière et une direction, elle fait une proposition. Dire qu’il y a un salut est dire que la vie ne va ni à l’absurde, ni au néant, ni à l’indéfini d’une morne répétition sans autre avenir que le néant. Justement parce qu‘ils croient en un salut qui leur est donné par grâce, et non seulement en un salut mais en un Dieu sauveur, les chrétiens ne sont pas des déroutés, ils ont une voie. Ils ne sont pas des désaxés, ils ont un orient.

    Nous allons quelque part, il y a une maison, la table est mise, et quelqu’un nous y attend. Ce sens sur lequel ouvre la foi chrétienne, le voici donc : la vie va à la vie parce qu‘elle va à Dieu par-delà la mort même. La vie a commencé à être grâce : pourquoi cesserait-elle de l’être, si celui qui a commencé à la donner n’est lui-même que don ? Au nom et à cause de Jésus Christ, la proclamation chrétienne du salut annonce ni plusni moins que « la résurrection de la chair et la vie éternelle ».

    J.Doré « la grâce de vivre » P.299

     

    « Je pars vers le Père » Admire ce que cela a produit dans la  vie de Jésus !!!

    Et en Toi ?

  • la vie ne abondance

    « Dans l’Evangile, il y a très peu d’observances religieuses, …, il y a, essentiellement, la foi au Christ, crucifié et ressuscité ; le noyau actif de cette foi est constitué, …., par la «mémoire dangereuse» du Crucifié, et par son prolongement, l’espérance eschatologique du royaume de Dieu. Cette mémoire et cette espérance sont toutes les promesses de vie du christianisme, ses seules chances d’avenir…….

    La mémoire du Christ et l’espérance du Royaume s’expriment et s’entretiennent dans les rites qui les célèbrent, ces rites ne sont pas une fin en soi, quelle que soit la foi qui les inspire. Plus que dans des pratiques religieuses, cette .mémoire et cette espérance, pour être vivantes, demandent à s’inscrire dans la vie des chrétiens et par eux dans la vie du monde, dans des pratiques sociales et des réalités séculières, car elles sont destinées à porter la vie au monde. L’Évangile donne un critère sûr de la mise en pratique de l’une et de l’autre, critère rappelé par la théologie politique : c’est l’ouverture à l’autre, et principalement la conversion au pauvre, a qui Jésus s’est identifié. Là a été prise une option sur l’avenir, qui doit être poursuivie.   (Henri de Lavalette dans « figures de théologiens »P.223)

     

                    Admire comment le ressuscité a donné vie à ses amis découragés, déçus ! 

                        Regarde bien la vie qu’Il donne autour de toi, en toi !

                        Comment portons nous la vie au monde d’aujourd’hui ?