google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

croire

« Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu as cru ; bienheureux ceux qui, sans avoir vu, ont cru. » (jean 20, 19….)

Dis merci !!!Combien de fois les parents répètent-ils à leur enfant : dis merci ?

« À mon sens, quand des gens prient, quels que soient leur degré de croyance et leurs connaissances religieuses, ils devraient surtout être dans une attitude d'action de grâce, une attitude où l'on dit d'abord « merci ». La prière a pour première fonction d'exprimer la gratitude. Je reviens à ce que j'ai dit du terme kâfir dans le Coran, que l'on traduit improprement par «mécréant» alors qu'il renvoie à l'idée de celui qui recouvre quelque chose, en l'occurrence les signes et les bienfaits de Dieu. Or la vie est un bienfait bien visible, même quand elle s'avère difficile à... vivre. Le kâfir, comme je l'ai avancé, c'est l'ingrat, celui qui ne sait pas faire preuve de gratitude.

Pour moi, il s'agit donc d'abord de dire merci dans la prière. De là vient que la prière, autrement dit la relation à Dieu, ne peut être que poétique. Elle ouvre un espace d'imagination, d'action, d'éthique. Sinon, on aura tendance à ramener Dieu à soi, à en faire sa chose et donc à rendre notre vie et celle des autres infernales. Il est vrai que beaucoup de croyants, lecture du Coran à l'appui, ont une conception de Dieu qui comptabilise, d'un Dieu qui fait ses comptes et qui nous fera payer notre dette : avec tel nombre de points, on ira au paradis, avec tel autre, on ira en enfer ! Cette conception répandue de Dieu est à l'évidence une vue humaine, trop humaine. Dieu, c'est d'abord l'expérience intime de l'Ultime. C'est cette altérité radicale qui fait que, en s'adressant à lui dans notre intériorité, nous ne pouvons mentir. C'est un vis-à-vis exigeant à l'égard de nos propres constructions. ….Le Coran est une trace de la Parole, car celle-ci nous échappe, en ce sens que l'événement de la parole nous échappe. Il reste une trace écrite, qui nous met automatiquement en chemin. Mais cette trace, que représente l'espace textuel du Coran, il faut constamment la redéployer. Le Coran s'exprime par des signes, qui doivent nous guider vers l'au-delà. (Rachid Benzine --les milles façons d’être juif ou musulman.P.213)

admire ce Jésus qui enseigne à croire

Quand? Comment dis-tu merci?

Écrire un commentaire

Optionnel