google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Père

    (Au temps de Jésus,)  L’autorité du père était absolue. Tous lui devaient obéissance et loyauté. Il négociait les mariages et décidait du sort des filles. Il organisait le travail et définissait les droits et les devoirs. Tous lui étaient soumis. Jésus parlera plus tard de relations plus fraternelles, dans lesquelles la domination sur les autres doit être remplacée par des services mutuels. Une source lui attribue ces paroles : « N'appelez personne votre "père" sur la terre, car vous n'en avez qu'un, le Père céleste. »……

     D'  autres sources chrétiennes nous ont aussi transmis des paroles dans lesquelles Jésus offre une justification de cette « absence dupère » à ceux qui l’écoutent. C'est un texte  particulièrement antihiérarchique, dans lequel il demande à ses adeptes de ne pasdevenir un groupe dirigé par de savants « rabbins », des « pères » autoritaires, ou des « dirigeants » élevés au-dessus autres : « Pour vous, ne vous faites pas appeler "Rabbi", car  n'avez qu'un maître et vous tous vous êtes des frères. N'appelez  personne votre "Père" car vous n'en avez qu'un, le Père céleste Ne vous faites pas non plus appeler "Directeurs", car vous n':avez qu'un directeur, le Christ. » Nul ne peut s'appeler « père »dans la communauté de Jésus. Dieu seul. Jésus l'appelle « Père » non  pas pour légitimer les structures patriarcales du pouvoir sur terre mais précisément pour empêcher que, parmi les siens, quelqu’un prétende revendiquer « l'autorité du père », uniquement réservée à Dieu.

    Dans la nouvelle famille de ses disciples, il n'y a pas de pères. Excepté le Père du ciel. Nul ne doit occuper sa place. Au Royaume de Dieu, il n'est pas possible de reproduire les relations patriarcales. Tous doivent s'asseoir ensemble autour de Jésus, en renonçant au pouvoir et à la domination sur les autres, pour pouvoir vivre au service des plus faibles, et de ceux qui sont sans défense. (Mt.23,8-11)  Pagola 56 et 236

    Admirons : Seul Dieu a autorité et il se fait serviteur !!!

    Quels sont les maîtres dont tu as à te libérer ?

    Comment vas-tu devenir un peu plus frère en tout  et non pas maître ?

  • la vie

    Jésus ne se contente pas de s'ouvrir à la nature. Plus tard, il invitera les gens à regarder au-delà de ce qu'ils voient. Son regard est le regard de la foi. Il admire les fleurs des champs et les oiseaux du ciel, mais il devine, derrière les apparences, les soins amoureux de Dieu pour ses créatures. Il se réjouit du soleil et de la pluie, mais bien plus encore de la bonté de Dieu envers tous ses enfants, les bons comme les méchants. Il sait que le vent « souffle là où il veut », sans que l'on puisse préciser « d'où il vient ni où il va », mais il voit aussi dans le vent une réalité plus profonde et mystérieuse : l'Esprit Saint de Dieu. Jésus ne parle qu'à partir de la vie. Pour être en accord avec lui et pénétrer son expérience de Dieu, il faut aimer la vie et s'y plonger, s'ouvrir au monde, et être à l'écoute de la création.(Pagola « Jésus approche historique.P.54-55) »

     

    Admirons ce langage de Jésus, toujours à partir de la vie.

    On parle actuellement du cœur artificiel, quelle expérience de Dieu cela te fait faire ?

     

  • bethléem

    Aussi bien l'évangile de Matthieu que celui de Luc présentent dans leurs deux premiers chapitres un ensemble de récits à propos de la conception, de la naissance et de l’enfance de Jésus. Ils sont traditionnellement connus comme « évangiles de l'enfance ». L'un et l'autre présentent de notables différences concernant le contenu, la structure générale, le récit littéraire et les centres d'intérêt. L'analyse des procédés littéraires utilisés montre que, plutôt que des récits de caractère biographique, ce sont des compositions chrétiennes élaborées à la lumière de la foi dans le Christ ressuscité. Ils se rapprochent beaucoup d'un genre littéraire appelé midras hagadico, qui décrit la naissance de Jésus enfonction de faits, de personnages ou de textes de l'Ancien Testament. Ils n'ont pas été rédigés pour informer sur les faits réels (sur lesquels on savait probablement peu de chose), mais pour proclamer la Bonne Nouvelle, c'est-à-dire que Jésus est le Messie, descendant deDavid, attendu en Israël et le Fils de Dieu, venu au monde pour sauver l'humanité.

    Jésus est probablement né à Nazareth. Ce n'est que dans les évangiles de l'enfance, de Matthieu et Luc, que l'on parle de sa naissance à Bethléem. Ils obéissent probablement à des raisons théologiques, comme l'accomplissement des paroles de Michée, un prophète du VIII siècle av. J.-C. Voici la prophétie : « Et toi, Bethléem Ephrata, petite parmi les clans de Judée, c'est de toi que sort pour moi celui qui doit gouverner Israël » (Michée 5, 1). Mais toutes les autres sources disent qu'il est né à Nazareth (Marc 1, 9 ; Matthieu 21, 11 ; Jean 1, 45-46 ; les Actes des Apôtres 10, 38), et ajoutent qu'on le nommait « Jésus le Nazaréen, ou « de Nazareth » (Marc, 1, 24 ; 10, 47,14 67 ; 16, 6 ; Luc 4, 34 ; 24, 19).

    (Pagola « Jésus approche historique »P.51)

     

    La crèche, les mages…….ne sont pas  des faits réels.

    Mathieu et Luc s’en servent pour dire leur foi : Jésus est bien le Messie  attendu.

    Est-ce que cela te choque ?(Ils parlent de Jésus avec ce qui parle à leur peuple)

    Qu’est-ce que cela te dit aujourd’hui ?