google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

femmes 2

Parmi les pauvres qui entouraient Jésus, il y avait un grand nombre de femmes ; privées de l'appui d'un homme, elles étaient sans doute les plus vulnérables. Par ailleurs, dans cette société patriarcale, être femme signifiait être destinée à vivre dans un état d'infériorité et de soumission aux hommes. Était-ce là ce que voulait le Dieu compatissant dont parlait Jésus ? Ne connaîtraient-elles pas une vie plus digne au Royaume de Dieu ? Comment Jésus les voyait-il et les comprenait-il ?

Ce qui surprend d'abord, c'est de le voir entouré de tant de femmes : des amies chères, comme Marie de Magdala, les sœurs Marthe et Marie de Béthanie, qu'il aimait tant des malades, comme l'hémorroïsse, ou des païennes, comme la Syro-Phénicienne ; des prostituées, méprisées par tous, ou des disciples fidèles, comme Salomé, et beaucoup d'autres encore qui l’ont accompagné jusqu'à Jérusalem, et ne l'ont pas quitté, même pendant son exécution. On ne peut en dire autant d'aucun prophète d'Israël. Que trouvaient ces femmes en Jésus ? Comment ont-elles osé s'approcher de lui pour écouter son message ? Comment certaines d'entre elles se sont-elles aventurées à quitter leur foyer et se rendre à Jérusalem, en affrontant certainement le scandale ?

(Pagola P.218)

 

Admirons cette attitude de Jésus.

Aujourd’hui qu’est-ce que les femmes apprennent à la société ? à l’Eglise ?

Que pourraient elles lui apprendre davantage si nous  laissions faire le Seigneur?

Commentaires

  • Ce que les femmes pourraient apporter à l'Eglise :

    le sens du collectif, prendre des décisions à plusieurs, pas indivi-
    duellement, Toute démarche se ferait au moins à deux, jamais seul.

Les commentaires sont fermés.