google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • politique

    « Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
        Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice. »(Mt.5,1)

    « la gauche semble désarmée pour affronter ce phénomène. C'est qu'à ses yeux, le plus souvent, la religion ne représente qu'un simple symptôme social, une illusion qui appartient au passé, jamais une force politique à part entière.

    Incapable de prendre la croyance au sérieux, comment la gauche comprendrait-elle l'expansion de l'islamisme? Comment pourrait-elle admettre que le djihadisme constitue aujourd'hui la seule cause pour laquelle un si grand nombre déjeunes Européens sont prêts à aller mourir à des milliers de kilomètres de chez eux? Et comment accepterait-elle que ces jeunes sont loin d'être tous des déshérités?

    (Birnbaum dans « un silence religieux »)

     

    La religion une force politique à part entière, (cela ne veut pas dire la force d’une seule politique)

    As-tu l’expérience que la religion aide à vivre la dimension politique de la vie ?

    Est-ce que cela est compris autour de toi ? peux-tu le faire comprendre ?

  • joie

    « Jésus abandonne aussi le rude langage du désert. Le peuple doit maintenant écouter une Bonne Nouvelle..Il invite les gens à regarder la vie autrement. Il commence à raconter des paraboles que le Baptiste n'aurait jamais imaginées. Le peuple est séduit. Tout commence à lui parler de la proximité de Dieu : le grain que l'on sème, le pain que l'on cuit, les oiseaux du ciel, les moissons dans les champs, les noces en famille et les repas autour de Jésus.

    Avec Jésus, tout commence à être différent. La crainte du jugement fait place à la joie d'accueillir Dieu, qui aime la vie. Plus personne ne parle de sa « colère » imminente. Jésus invite à la confiance en un Dieu paternel. Non seulement l'expérience religieuse du peuple a changé, mais c'est aussi la personne même de Jésus qui se transforme. On ne voit plus en lui un disciple ou un collaborateur du Baptiste, mais le prophète qui proclame avec passion l'avènement du Royaume de Dieu. Est-il donc ce personnage que Jean appelait « le plus fort » ? (Pagola)

        Reçois la Bonne Nouvelle :La joie d’accueillir Dieu plus que la peur du jugement ????

    Que fais-tu pour regarder la vie autrement ?

    Avec quelle organisation ?

  • bapteme

    « À un moment déterminé, Jésus s'est approché de Jean Baptiste. il a écouté son appel à la conversion et s'est fait baptiser par lui dans les eaux du Jourdain. Les faits ont eu lieu aux alentours de l'année 28, et c'est l'une des données les plus sûres que nous possédions.

    Le baptême posait deux problèmes. S 'il avait accepté de recevoir le baptême des mains de Jean, Jésus ne lui était-il pas inférieur ? Plus encore : dans la mesure où Jésus étant descendu dans le Jourdain, comme tous les autres qui y confessaient leurs péchés. Jésus n'était-il pas lui-même un pécheur ? Ces questions n'avaient rien de théorique car certains chrétiens étaient probablement en contact avec des cercles baptistes suiveurs de Jean, et non pas de Jésus.

    Les chrétiens ne pouvaient pas non plus nier les faits, mais ils les présentèrent de façon à ce qu'ils ne rabaissent pas la dignité de Jésus. Marc, le plus ancien des évangélistes..  il ajoute immédiatement que, lorsqu'il remonta des eaux, il vécut une expérience extraordinaire : il vit l'Esprit de Dieu descendre sur lui « comme une colombe », et il entendit une voix venue des cieux qui lui disait : « Tu es mon fils bien-aimé. »

     

    Admirons ce geste de Jésus et la foi de Marc !

    Quelle expérience extraordinaire t’a marqué ? t’a fait  orienter ta vie différemment ?