google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fausse mauvaise religion

« Jésus monta à Jérusalem. Il trouva dans le temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes ainsi que les changeurs qui s’y étaient installés.

Alors, s’étant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, et les brebis et les bœufs ; il dispersa la monnaie des changeurs, renversa leurs tables ; « Jean 2,13…

 

« J'ai tenté, au cours de ces dimanches de Carême, de dévoiler dans la Parole que nous lisons à la messe le Projet de Dieu pour sauver les peuples et les êtres humains parce que aujourd'hui, lorsque surgissent divers projets historiques pour notre peuple, nous pouvons vous assurer que sera victorieux celui qui reflète le mieux le Projet de Dieu. C'est cela la mission de l'Église. C'est pourquoi, à la lumière de la Parole divine qui nous révèle le Projet de Dieu pour le bonheur des peuples, nous avons le devoir de faire également référence aux réalités, d'évaluer comment se reflète ou comment est nié le Projet de Dieu parmi nous. Que personne ne s'offense qu'à la lumière de la Parole de Dieu que nous lisons dans nos messes, nous éclairons les réalités sociales, politiques, économiques, parce que si nous ne le faisions pas, cela ne serait pas du christianisme.

Je sais que de nombreuses personnes se scandalisent de ces paroles et m'accusent d'avoir délaissé la prédication de l'Évangile pour me mêler de politique, mais je n'accepte pas cette accusation. Je fais plutôt un effort pour que tout ce qu'ont voulu mettre en avant le concile Vatican II et les réunions de Medellin et de Puebla ne demeure pas lettre morte …nous devons prêcher l'Évangile comme il se doit de l'être pour notre peuple » Mgr O/A.Romero 230380.

 

Admirons comment Jésus purifie la religion de son temps

Admirons comment le bienheureux Romero  refusait d’endormir le peuple.

Aujourd’hui pour que la religion n’endorme pas le peuple, que fais-tu ? Avec qui ?

 

Les commentaires sont fermés.