google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • conflit

    « les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter.    Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui :
    « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » (luc 15,1…)

     

    Admirons ce Jésus, dans un conflit social, presque séculaire, on lui reproche d’être du mauvais côté et Il se justifier en  comparant ses opposants à un  fils ingrat de Dieu.

     

    « Dans les rares cas où les grands pays se sont unis pour faire pression sur les paradis fiscaux, leurs succès ont été surprenants, comme les récents accords entre la Suisse et des pays tels que le Royaume-Uni et les États-Unis l'ont démontré30. De surcroît, les États-nations peuvent accomplir des progrès véritables en l'absence de coopération internationale. Les gouvernements pourraient, par exemple, modifier le comportement des super riches en augmentant les sanctions pénales à l'encontre des courroies d'évasion fiscale massive, en investissant davantage d'argent dans la répression de la fraude et en se montrant plus désireux de payer pour des informations financières qui pourraient conduire à des condamnations : si le prix de l'aventure financière était la prison, ces riches s'y lanceraient sans doute avec beaucoup moins enthousiasme3 » (Yascha Mounk le peuple contre la démocratie P.319)

                   Actuellement, dans les conflits sociaux, qui est, comme Jésus, du mauvais coté ?

                   Et Toi ? Qui devons nous comparer à un fils ingrat de son Dieu ?

  • perseverer

    « ‘Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas.
    Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?’
        Mais le vigneron lui répondit : ‘Maître, laisse-le encore cette année,
    le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier.
        Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.’ » (luc 13,1-9)

     

    Admire Jésus cet homme qui s’engage à féconder la terre malgré les déceptions

     

    « Cette politique agricole tous azimuts a permis quelques progrès, notamment l'extension des grands systèmes d'irrigation. Mais elle reste prisonnière d'un modèle productiviste mal adapté aux réalités du Niger. Car, ici, l'agriculture familiale reste dominante.  «Ici, pour fertiliser un demi-hectare avec le modèle productiviste, il faut répandre au moins 4 sacs de 15-15-15", un composé de potasse, de phosphore et d'urée qui coûte 13 500 F CFA à prix subventionné. La fumure organique produite à partir de déchets végétaux ou ménagers, elle, ne coûte que nos efforts et est sans danger pour la santé», souligne avec fierté Moussa Younoussa, président du comité de gestion.(La Croix 16/10/2018)

    Repère actuellement ceux que les échecs ne paralysent pas !

             Et Toi ? avec quelle organisation ?

     

  • priere

    « Jésus gravit la montagne pour prier… Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem.     Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; »(Luc9,28-36)

     

    Admirons celui que la prière conforte dans son engagement mortel !

     

    « L'attente de Dieu et du déploiement visible de son Royaume ne signifie pas que les hommes se croisent les bras et qu'ils tiennent pour impossible, voire même illicite, toute transformation des structures injustes de la société. En collaborant et en espérant en son Royaume, nous dressons des signes qui ne seront jamais que des indices, des paraboles, de cette terre où il fera « toutes choses nouvelles». C'est peut-être cela, avant tout, qui caractérise un engagement chrétien. (A.Guillard-Cahiers-N° 559)

             Regarde ceux que la prière a conforté  dans leurs engagements (abbé pierre, tibirine….)

    Est-ce que la prière nous conforte dans nos engagements ?  dans les risques ?