google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • partage de foi 10

                                            Faut-il continuer à célébrer des baptêmes? refuser? ou Inventer? célébrer la foi en la vie?

    209 La société civile n'est guère capable d'entourer et de célébrer le miracle fondamental qu'est la naissance d'une vie et sa disparition. Il se peut donc que la communauté chrétienne doive continuer à célébrer.

    211 Que reste-t-il des sacrements dans cette situation ? Soyons clairs : ils sont très souvent « retraités » ou « détournés » de leur but. Trois moments clés de l'itinéraire humain restent à célébrer: la naissance, le mariage et la mort. Dans la plupart des cas, ces cérémonies n'ont plus la signification traditionnelle de nos sacrements mais sont devenues des célébrations de la vie en son mystère. La pastorale a du mal à gérer ce malentendu continuel, à moins de distinguer plus nettement entre la « foi » élémentaire et la foi proprement chrétienne des demandeurs.

     

    Car le baptême ne se réduit pas à la célébra­tion d'une nouvelle vie et du mystère du nom unique, donné au nouveau-né par ses parents. On peut donc imaginer une célébration d'accueil, indépen­dante du rite baptismal ; célébration qui ne serait pas nécessairement suivie d'un baptême.

    212 Dans quelle mesure et comment confier ces moments clés et leur célébration aux « Soixante-douze » ? La question reste ouverte et se reposera sans doute avec plus d'acuité encore ces prochaines années.(Theobald : présence d'évangile 2)

     

  • partage de foi 9

                                                           Quelle image d'Eglise servons nous?

    201 Comment travailler sur l'image que la société creusoise se fait des chré­tiens et de l'Église ? Comment être au service de la « foi » de quiconque ? C'est une première question à se poser quand on réfléchit à la présence culturelle de l'Église dans la société : des églises très belles et le patrimoine artistique de la Creuse sont une invitation à les utiliser non seulement pour la liturgie mais aussi pour une présentation ouverte de la tradition chrétienne à « quiconque ». D'autres lieux de formation existent comme les universités populaires où il est question de la tradition chrétienne, juive et musulmane ; on doit se demander comment y être présent. Par ailleurs beaucoup d'asso­ciations, au service du vivre-ensemble sous tel ou tel aspect, ont leur propre lieu de formation ; des chrétiens y ont leur place, peut-être en insistant plus particulièrement sur l'accès à cette « foi » élémentaire qui est à la base de tout vivre-ensemble. (présence d'egliseII theobald)

  • partage de foi 8

                           Qui m'a fait entendre cette parole au cours de ma vie? A qui , moi et mon organisation, pouvons nous la faire entendre actuellement?

    47 Il y a en effet une parole de bonté absolue à entendre et à faire entendre à tout être humain : « Oui, tu peux faire crédit à la vie » ; celle-ci tiendra sa promesse. Seuls des femmes et des hommes qui l'ont effectivement entendue et qui la communiquent de manière crédible, mettant toute leur existence en jeu pour cette parole et disant ce qui convient de manière circonstanciée, peuvent la faire entendre.

     

    181 Sans doute les enjeux de la mission se sont-ils également clarifiés ; en particulier le prin­cipe de « gratuité » qui doit caractériser toute véritable « présence d'Évan­gile ». Le Règne de Dieu est en effet destiné à tous, tout être humain étant appelé à laisser activer en lui la « foi » en la vie. Or, seule une « présence » discrète et aimante à nos côtés peut convaincre nos cœurs complexes, com­pliqués et souvent blessés... d'une force de vie cachée en chacun de nous dont les dimensions d'avenir nous échappent... Aucune attitude stratégique ne convient en ce domaine, notre « présence » pouvant être comme une «  porte ouverte » par laquelle le Christ Jésus peut entrer : « Heureux celui qui ne tombe pas à cause de moi » (Le 7, 23 ; cf. aussi 17, 1-2).(¨présence d'évangile II-Théobald)

                      Au jourd'hui, en France, chaque jour un paysan tente de se suicidre! Combien autour de nous pensent on n'y peut rien? si notre mission commençait par activer cette foi en la vie!