google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • a vent

    Le lien de Jésus à Jean a pour principale signification de l'intégrer au mouvement apocalyptique……….: un climat de déception et de désarroi s'était installé en Israël dans les derniers siècles avant Jésus, les promesses de l'Alliance ne se réalisaient pas, la prophétie s'était tarie, de nombreux juifs, qui supportaient impatiemment la domination étrangère avec tous les maux qu'elle entraînait, avaient perdu confiance dans la médiation du Temple et dans les autorités religieuses, compromises avec l'occupant, et vivaient dans l'attente ambiguë du Jour de Yahvé, à la fois espéré et redouté.

    Tel est le climat évoqué par les premières paroles du Baptiste : "II dit aux foules qui venaient pour être baptisées : Rejetons de vipères, qui vous a avertis de fuir devant la colère à venir ?" (Q_3,7). Ces paroles violentes s'inscrivent d'emblée dans un contexte conflictuel aigu.      J.Moingt Croire au Dieu qui vient P.186

                            Comment ce  climat ressemble-t-il  au nôtre ?

                            Alors, comment vas-tu vivre cet Avent ?

  • le mal

    Nous possédons diverses sources qui offrent des indices concernant les pratiques des exorcistes du temps de Jésus : le témoignage personnel de Flavius Josephe sur un exorciste juif appelé  Eléazar ; le récit d’un auteur romain du II° siècle , Lucien de Samosate, sur un exorciste syrien venu de Palestine ; la curieuse description qui présente Abraham en exorciste  dans la genèse apocryphe trouvée à Qumran ; le livre de Tobie, rédigé aux alentours de l’année 200 avant J.C. les papyrus magiques gréco-romains, bien que de date plus tardive et géographiquement éloignés de la Palestine permettent eux aussi de sa faire une idée de l’arrière plan culturel sur lequel a du se dérouler l’action de Jésus.

    Le nom sacré le plus utilisé par les exorcistes juifs à cette époque  était celui de Salomon. Flavius Josephe  parle de la renommée dont jouissait, dans les légendes juives  le roi Salomon en tant que  sage, connaisseur  des sciences occultes et expert  en exorcismes.

     

    Jésus agit comme d'autres exorcistes de son époque, mais il en diffère. Il est probable que ses combats contre les esprits malins n'étaient pas ressentis comme insolites dans les villages de Galilée, mais il y avait dans sa façon d'agir des choses qui, sans doute, devaient surprendre ceux qui l'observaient de près. Jésus se rapproche du langage et des gestes des exorcistes de son temps, mais il semble établir avec les possédés une relation particulière. Il n'emploie pas les outils des autres : anneaux, bagues, amulette-encens, lait de femme, cheveux. Sa force vient de lui. Il suffit de sa présence et du pouvoir de sa parole pour qu'il s'impose. Àla différence des autres, aussi, qui conjurent les démons au nom  d'une divinité ou d'un personnage sacré, Jésus n'éprouve pas le besoin de révéler l'origine de son pouvoir. Il ne dit pas au nom de qui il expulse les démons, il ne prononce aucun nom magique, n'invoque aucune force secrète. Il n'emploie pas de formules ou  d'incantations mystérieuses. Il ne fait même pas appel à son Père II affronte les démons par la seule force de sa parole : « Sors de lui / d'elle » ; « Tais-toi » ; « Sors de lui et n'y rentre plus ». Tout  laisse à penser que, lorsqu'il combat les démons, il est convaincu d'agir avec la force même de Dieu.

    (Pagola 180-181)

    Jésus agit comme les autres et différemment ! admire

    Qui lutte contre le mal aujourd’hui ? et Toi ? comment?

     

     

  • Bonheur

    Selon les évangélistes, Jésus renvoyait les malades et les pécheurs en leur disant : « allez en paix ». Jésus leur souhaite ce qu'il y a de mieux : une bonne santé, une cohabitation heureuse en famille et au village, une vie comblée de bénédictions divines. Le terme hébreu Shalom (paix) signifie le bonheur le plus complet, tout le contraire d'une vie sans dignité, malheureuse, soumise à la maladie ou à la pauvreté. En suivant la tradition des grands prophètes, Jésus comprend le Royaume de Dieu comme un règne de la vie et de paix. Son Dieu est « l'ami de la vie ».

    Jésus n'a réalisé que quelques guérisons Dans les villages de Galilée et de Judée, il est resté bien des aveugles, des lépreux,…….(Pagola 113)

     

                Son Dieu est le Dieu de la vie, du bonheur : admire

                Et Ton Dieu est-il le Dieu de la vie ? Comment cela te réjouit ?

                Quand tu sers la vie, le bonheur avec d’autres es-tu un disciple?