google

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • risques

    « Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts,   il cria :
    ‘ père, je te prie d’envoyer Lazare, dans la maison de mon père., j’ai cinq frères : ,ils se convertiront. » (
    Luc 16,19….)

                Admire ce Jésus :Comment il parle publiquement  des riches et des pauvres !

    « Il faudrait également réexaminer la notion du salut que Jésus annonçait et qui est liée à celle de son Dieu. Elle a longtemps été prêchée comme si elle laissait le choix entre le ciel et l'enfer, la vie ressuscitée et la mort éternelle, le bonheur là-haut et les souffrances ici-bas, ce qui semblait légitimer ces dernières comme des épreuves à surmonter dont on devrait remercier Dieu au lieu de les lui reprocher ; mais alors le salut serait ordonné avant tout à la justice et à la gloire de Dieu qui appellerait auprès de lui les seuls prédestinés voués et résolus d'avance à chanter ses louanges au ciel. Mais cette visée du salut, qui a suscité, on le sait, le reproche d'aliénation - reproche mérité si elle s'impose - et qui a conduit tant de chrétiens, frappés par le malheur, à préférer la recherche du bonheur dès ici-bas, est-elle bien conforme à la révélation du Dieu de la Bible, qui s'engageait à prendre dès ici-bas la défense des faibles contre leurs oppresseurs et qui s'est incarné au plus bas de notre condition humaine ? Est-elle bien conforme également à l'Évangile de Jésus, qui fréquentait les pécheurs, les malades et les petits et invitait ses disciples à imiter ses exemples, au risque d'encourir de la part des défenseurs de la Loi les mêmes châtiments qu'il avait attirés sur lui ? Une telle révision serait plutôt de nature à rapatrier le salut, en première destination, sur le terrain où il en est le plus besoin, là où retentissent, et d'où montent vers Dieu, s'il les entend, les plus pressants et les plus nombreux appels au secours et au bonheur.( Moingt l’esprit du christianisme P.13)

     

                Regarde: qui prend des risques pour sauver aujourd’hui  riches et pauvres ?

    Et Toi ? avec quel groupe ?

  • habilité

    « Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. » Luc 16,8

     

    Admirons ce Jésus qui suscite des hommes habiles

     

    « un capitalisme numérique s'est structuré autour de ce qu'on appelle « l'économie de l'attention ». Il s'agit pour les gros acteurs - appelés couramment Gafa - de conquérir toujours plus de notre temps pour le monétiser grâce à la publicité. Or, notre temps étant déjà très occupé, les grandes plateformes n'ont comme solution que de créer de la dépendance chez leurs usagers….. Mais il faut surtout comprendre qu'elles sont le produit d'une économie où l'information sérieuse est structurellement désavantagée par rapport aux discours outranciers. Une fausse information comporte plus de charge émotionnelle, retient plus l’attention et rapporte plus d’argent.

    ... Mais, pour cela, il faut lutter, comme on a dû lutter pour corriger les excès du capitalisme industriel au début de son développement. Nous devons nous mobiliser contre le capitalisme de l'attention. Il y va de nos vies les plus intimes. Combien de fois on cesse d'écouter une discussion pour regarder notre téléphone, combien de fois on interrompt une lecture à cause d'une notification : nous sommes devenus aussi incapables de concentration qu'un poisson rouge. » (B.Patino l’obs 11042019)

     

    Cherche : Qui, aujourd’hui, lutte avec tant d’habilité ? 

    Et toi ? avec quelle organisation ?

     

  • sanation

    Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui :« Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! » (Luc 15,1)

     

    Admirons la  liberté  de Jésus dans cette religion qui excluait  ceux qu’elle considérait impurs

     

    « Nous avons pris conscience de la provocation bouddhiste qui ignore l'idée de péché originel comme de péché personnel et conçoit le salut comme une guérison de la finitude elle-même. Je pense que nous avons à retenir cette leçon-là pour corriger peut-être une conception du salut chrétien trop exclusivement polarisée sur le péché. Le salut chrétien est aussi une guérison du mal-être de cette condition paradoxale d'un esprit illimité à l'épreuve de la vulnérabilité de tout ce qui est chair. Certes, la mort comme mort biologique n'est pas une conséquence du péché. Le salut en Jésus-Christ est nouvelle création et la résurrection n'est pas seulement la victoire remportée sur la mort au terme de la vie ; elle est aussi la victoire remportée sur toutes ces négativités de la condition humaine que sont les aliénations de la souffrance physique et morale, de l'ignorance, de l'angoisse de la culpabilité, de la solitude et du vieillissement. En un mot, il s'agit aussi d'un salut au sens biblique, c'est-à-dire d'une «sanation», ou encore de la réussite du projet créateur de Dieu sur l'homme. Et ce que nous disons à propos des êtres humains, il faut l’étendre à la création tout entière qui est encore soumise à la vanité. » (C.Geffré de Babylone à Pentecôte P.247)

     

    Cherche :qui aujourd’hui travaille à la réussite du projet créateur de Dieu sur tout homme ?

    Et Toi comment est-ce que tu  y travailles ? Avec qui ?